Sommaire

La puvathérapie, une méthode médicale.

La puvathérapie (ou photochimiothérapie) tient son nom du sigle PUVA qui signifie Psoralènes, Ultra Violets de type A.

En effet, ce traitement associe :

  • d'une part la prise orale de psoralènes, des médicaments (vendus sous l'appellation de Mopsoralen) ;
  • d'autre part l'exposition générale ou locale à un rayonnement d'ultraviolets de type A.

Il s'agit donc d'une méthode réservée aux médecins, du fait du traitement médicamenteux qui accompagne l'exposition lumineuse. Elle se distingue en cela de la luminothérapie ou de la photothérapie UVB.

Lire l'article Ooreka

Principe de la puvathérapie

Une séance de puvathérapie nécessite au préalable l'administration d'un traitement oral. Les psoralènes absorbés visent à exercer une action photosensiblisante. Il s'agit de rendre la peau plus sensible au rayonnement ultraviolet de type A utilisé en photochimiothérapie.

Les psoralènes vont pour cela bloquer la multiplication des kératinocytes, les cellules censées protéger l'épiderme du rayonnement solaire.

Puvathérapie : déroulement d'une séance

Contrairement aux séances de luminothérapie, la puvathérapie se pratique uniquement sous contrôle médical.

Deux heures et demie avant la séance a lieu la prise de psoralènes dans un peu de lait.

  • Le patient va ensuite être exposé, nu, pendant une vingtaine de minutes maximum, au rayonnement ultraviolet. Durant cette exposition, le port de lunettes protectrices est obligatoire et les hommes doivent également protéger leurs parties génitales.
  • Le nombre de séances est variable en fonction des pathologies et des résultats obtenus.
  • Elles sont généralement au nombre de deux à trois par semaines au début puis sont progressivement diminuées à une par semaine pendant plusieurs mois.

Indications et contre-indications thérapeutiques de la  puvathérapie

Indications thérapeutiques

La puvathérapie sera indiquée dans un certain nombre de maladies de peau, à savoir :

  • l'épaississement pathologique de la couche superficielle de la peau (épiderme) ;
  • la lucite, une maladie de peau due à une exposition solaire ;
  • la mastocytose, une maladie rare qui concerne surtout les enfants et qui se caractérise par l'accumulation de mastocytes dédiés à la sécrétion d'histamine ;
  • le mycosis fongoïde, une multiplication de lymphocytes (globules blancs) au niveau cutané ;
  • la plaque rose ou violette (qui s'accompagne de démangeaisons) ;
  • le psoriasis, une maladie de peau caractérisée par l'éruption de plaques rouges ;
  • la para-psoriasis qui présente des plaques proches de celles observées dans le psoriasis ;
  • les troubles pigmentaires (modification de la pigmentation, de la couleur de la peau) ;
  • le vitiligo, caractérisé par la présence de taches blanches.

Contre-indications thérapeutiques

La puvathérapie, en tant que traitement médical, n'est pas dépourvue de contre-indications.

Les principales d'entre elles sont :

  • le cancer de la peau et les lésions précancéreuses ;
  • la cataracte (malgré les lunettes protectrices, le risque n'est pas pris) ;
  • la grossesse ;
  • l'insuffisance hépatique (dysfonctionnement du foie) ;
  • l'insuffisance rénale (dysfonctionnement du rein).

Par ailleurs, les personnes qui ne peuvent pas prendre de psoralènes ne pourront pas non plus être traitées en puvathérapie. Elles seront plutôt orientées vers une photothérapie à UVB.

Aussi dans la rubrique :

Principe

Sommaire

Principe de la thérapie par la lumière

Définition de la luminothérapie

Différents types de thérapies

Puvathérapie Photothérapie Thérapie par les couleurs
Voir 1 article de plus